Le MRN salue la mémoire de Cécile Rol-Tanguy

Le MRN salue la mémoire de Cécile Rol-Tanguy

Cécile Rol-Tanguy vient de disparaître à l’âge de 101 ans au moment-même où nous célébrons le 75eanniversaire de la capitulation Le MRN salue la mémoire de cette figure de la Résistance féminine engagée avec son mari Henri Rol-Tanguy dans la lutte pour la libération.
Cécile Le Bihan naît en 1919 à Royan dans une famille de militants communistes et syndicalistes. Formée à la sténodactylographie, elle travaille en novembre 1936 au Syndicat des métaux CGT de la région parisienne. Jeune femme engagée, elle adhère en 1936 à l’Union des jeunes filles de France puis, en 1938, au Parti communiste.
Elle participe activement à l’aide à l’Espagne républicaine et devient la marraine de guerre d’Henri Tanguy, engagé dans les Brigades internationales. Ils se marient en 1939.

Alors que les Allemands entrent à Paris et qu’elle est sans nouvelles de son mari, elle perd leur premier bébé. « Je n’avais plus rien, racontait-elle. Mon père avait été arrêté, mon mari, je ne savais pas où il était, et j’avais perdu ma petite fille. Qu’est-ce qui me retenait ? Je rentrais dans la Résistance. Ça m’a aidée. Ça m’a apporté quelque chose. » Contactée par la CGT, elle dactylographie des tracts et des articles pour des journaux clandestins.
Démobilisé en août 1940, Henri Tanguy retrouve son épouse à Paris et entre en résistance. Cécile joue un rôle essentiel et primordial auprès de lui. Elle est sa plus proche collaboratrice : elle frappe tracts, directives, rapports, voire journaux. Elle est également son agent de liaison. Parfois, elle transporte tracts et journaux clandestins, armes et explosifs, dans le landau de leurs enfants.
Lorsqu’Henri Tanguy devint en juin 1944, sous le nom de Rol, chef régional des FFI d’Ile-de-France, Cécile continue à agir et à travailler auprès de lui. Le 19 août 1944, c’est elle qui rédige sous la dictée d’Henri le texte de l’appel à l’insurrection des Parisiens. Elle participe à la libération de Paris avec l’équipe de dactylos de l’état-major depuis le PC souterrain de Denfert-Rochereau.
Après-guerre, alors que son mari entame une carrière militaire, elle s’occupe de leurs enfants.
Cécile Rol-Tanguy était adhérente du MRN. Elle présidait l’association « Les Amis des combattants en Espagne républicaine » (ACER), membre du réseau MRN. Elle militait pour que le rôle des femmes dans la Résistance, trop longtemps occulté, soit enfin mis à l’honneur.

Les commentaires sont clos.