Les collections

Les collections

Le Musée de la Résistance nationale trouve sa légitimité dans la conservation, l’étude et la valorisation de ses collections.

Depuis 1962, le musée collecte tous les témoignages de la Résistance française quelles que soient leur tonalité idéologique ou politique, leur nature et leur forme (archives, objets, etc.), en France et à l’étranger.

Depuis l’inauguration du MRN à Champigny en 1985, plus de 4.000 dons (venant s’ajouter au millier déjà collectés) et plusieurs centaines de milliers de documents exceptionnels ont rejoint la collection, fondant et légitimant la démarche historique, éducative et muséographique du MRN.

Remarquable par sa masse et sa diversité qui lui assurent cohérence et pertinence, les collections du MRN (plus de 500 mètres linéaire d’archives, plus de 5.000 objets, une importante bibliothèque patrimoniale) couvrent :

  • un temps long pour des collections sur la Seconde Guerre mondiale : les années trente (crises et montée à la guerre) ; la guerre (Occupation et Résistances en France) ; l’après-guerre (fin de la guerre, retour à la République, reconstruction), les mémoires ;
  • des faits et évènements des champs sociaux et économiques, politiques et militaires, spirituels, culturels et artistiques ; les facettes multiples des forces et des politiques d’oppression, de répression et de persécution des occupants et de l’État français et leur évolution ; toutes les formes de Résistance (organisation et action) et la dialectique de la construction de l’union et de l’unité des deux pôles de la Résistance
  • des parcours de vie, des acteurs de la Résistance (femmes et hommes) : des inconnus aux figures emblématiques dans la pluralité des origines ; les témoignages sont hétérogènes, mêlant des pièces de différentes natures, de la sphère privée à la sphère publique ; ces pièces sont instruites et documentées par un travail historique et mémoriel fait avec les donateurs (acteurs de la période ou ayants-droit) et par les archivistes.

Parmi les fonds conservés :

  • des archives et objets liés à l’avant-guerre et au début du conflit : mouvements antifascistes, guerre d’Espagne, Drôle de guerre, Débâcle, Exode.
  • une importante collection de presse clandestine, en partie numérisée et disponible sur la bibliothèque numérique Gallica
  • des imprimés clandestins (tracts et brochures).
  • des archives relatives aux organisations de la Résistance française (productions, fonctionnement, liquidation) : Arc-en-ciel, Brick, Carmagnole-Liberté, Ceux de la Résistance (CDLR), Combat, Comité parisien de la Libération (CPL), Conseil nationale de la Résistance (CNR), Forces unies de la jeunesse patriotique (FUJP), Francs-Tireurs et Partisans français (FTP), FTP-Main-d’œuvre immigrée (FTP-MOI), Front national de lutte pour la libération et l’indépendance de la France (FN), Front uni des résistants de la Préfecture de Police (FURPP), mission Union, Mouvement de libération nationale (MLN), Mouvements unis de la Résistance (MUR), Organisation civile et militaire (OCM), Organisation spéciale (OS), Union des Femmes françaises (UFF), etc.
  • des archives privées relatives aux parcours d’hommes et de femmes résistants, internés, déportés : Raphaël Aboulker et sa famille, Celestino Alfonso, Geneviève Anthonioz-de Gaulle, Robert Chambeiron, Jacqueline de Chambrun, Jean-Louis Crémieux-Brilhac, Charles de Gaulle, Josette Dumeix, Joseph Epstein et sa famille, Elisabeth Friang, Pierre Georges (colonel Fabien) et Andrée Georges, Jean-Paul Le Chanois, Paul Langevin et sa famille, Guy Môquet et sa famille (dont ses dernières lettres), Jean Moulin, Albert Ouzoulias, Lise Ricol-London, Pierre Rigaud, Oscar Rosowsky, Lucien Sampaix, Pierre Semard et sa famille, Hélène Terré, André Tollet, Marie-Claude Vaillant-Couturier, Pierre Villon, etc.
  • des archives liées aux lieux d’internement et de déportation : prison de la Santé, prison de la Roquette, camp de Drancy, camp de Choisel à Châteaubriant, camp de Royallieu à Compiègne, centrale pénitentiaire d’Eysses, camp de Saint-Sulpice-la-Pointe, prison de Fresnes, prison du Cherche-Midi, fort du Mont-Valérien, fort de Romainville, camp de Maison-carrée, camp de Ravensbrück, camp de Buchenwald, camp de Gurs.
  • des archives et objets liés la période de la Libération et à la Reconstruction politique, économique et sociale.
  • des fonds d’associations de mémoire : Amis des Combattants en Espagne Républicaine (ACER-AVER), Association des résistants, déportés, internés et emprisonnés politiques en Afrique du Nord (ARDIEP), sections locales de l’Association Départementale des Déportés et Internés, Résistants et Patriotes (ADIRP).
  • des créations artistiques de la Seconde guerre mondiale et des œuvres de mémoire (arts graphiques, peinture, sculpture, photographie, bande dessinée) : Jean Amblard, Louis Aragon, Francis Burette, Robert Doisneau, Henri Dutilleux, Paul Éluard (manuscrit original du poème Liberté ; fonds de la maison d’édition surréaliste La Main à Plume), Sofia Gandarias, France Haberer-Hamelin, Michael Kenna, Armand Nakache, David Olère, Roger Payen, Édouard Pignon, Ernest Pignon-Ernest, Claude Plumail, Carlo Sarrabezolles, Boris Taslitzky
  • des archives relatives à la Collaboration (brochures, fichiers de police), notamment le fonds photographique de presse (320 000 phototypes, négatifs sur plaque de verre) produit notamment par le journal Le Matin.