CNRD 2017-2018 : S’engager pour libérer la France

CNRD 2017-2018 : S’engager pour libérer la France

Enjeux et perspectives

La volonté de lutter contre l’occupant allemand et l’État français collaborateur fonde l’engagement dans la Résistance intérieure et extérieure, depuis l’effondrement de 1940 jusqu’à la libération du territoire en 1944 et la victoire contre l’Allemagne nazie en 1945.
L’engagement est d’abord un refus, une volonté de faire quelque chose. Qu’ils rejoignent les forces françaises libres pour combattre à l’extérieur aux côtés des Alliés ou qu’ils agissent à l’intérieur de la France, les hommes et les femmes qui décident de passer à l’acte sont animés par la même nécessité, par la même exigence morale, même si elle repose sur des convictions politiques, philosophiques ou religieuses différentes : faire leur devoir.

L’engagement a pu prendre des formes très variées. Si lutter par les armes a été au fondement de la France libre, la Résistance intérieure a donné la priorité pendant longtemps, par nécessité, à d’autres formes d’actions, toutes aussi indispensables pour contester la suprématie de l’adversaire et convaincre les Français de rallier la cause de la Résistance. La fabrication et la diffusion de la presse libre comme l’aide aux pourchassés et aux persécutés ont précédé puis ont accompagné la lutte armée jusqu’à la libération.

Le développement et la structuration des organisations de résistance en France ont facilité les engagements et ont permis de compenser les pertes subies du fait de la répression, de plus en plus brutale. Le rapprochement de la France libre et de la Résistance intérieure sous la direction du général de Gaulle a concrétisé le sentiment des résistants de participer à un vaste mouvement d’ensemble et renforcé la légitimité la Résistance française auprès des Alliés.

Très peu nombreux au début, beaucoup plus nombreux à la fin quand les opportunités d’engagements se multiplièrent, les résistants restèrent une minorité, mais une minorité soutenue et reconnue par la très grande majorité des Français au moment de la Libération. Ces combattants de tous les horizons étaient devenus par la force des événements le nouveau visage de la France libérée.

Les candidats au CNRD sont invités à réfléchir sur les motivations et les conditions de l’engagement de ces hommes et de ces femmes, prêts à prendre des risques jusqu’au sacrifice de leur vie, pour permettre à la France de retrouver sa liberté, une liberté inscrite dans le cadre républicain, étroitement associée aux principes d’égalité et de fraternité. Dans un monde en pleine évolution, dans lequel la solidarité internationale peine à s’exprimer et à s’imposer, le thème du CNRD retenu pour 2018 doit rappeler la nécessité et l’importance de l’engagement individuel et collectif dans les périodes d’incertitudes. Le refus du fatalisme, la lucidité sur la situation du moment mais aussi la volonté de changer les cours des événements restent de puissants moteurs aujourd’hui comme hier.

Les résistants étaient des optimistes, rappelait Raymond Aubrac. C’est un des messages essentiels que doivent retenir les élèves qui auront à réfléchir sur l’engagement de ces hommes et de ces femmes.  Sur tous les fronts où ils luttèrent, ils surent garder au plus profond d’eux-mêmes l’espoir d’une France et d’un monde meilleurs.

Eric Brossard, professeur relais au MRN

Ressources du Musée de la Résistance nationale pour le CNRD 2017-2018

Résistance : le dossier pédagogique du MRN

Contribution au portail national du CNRD
Ressources du MRN disponibles dans le dossier national 2018
Autres publications du MRN ou soutenues par le MRN
Initiatives organisées par le MRN ou en appui
Règlement du CNRD
Les commentaires sont clos.