L’image du mois #8

L’image du mois #8

Le 8 septembre 1944,à l’Arc de Triomphe, le général Eisenhower remet à André Tollet, président du Comité parisien de la Libération (CPL) l’Écusson du grand Quartier général du Corps expéditionnaire allié (SHAEF) en hommage à la Résistance parisienne. Devant les chars de la 2éme DB alignés, les femmes soldats casquées, il prononce une allocution en anglais et remet le blason qui symbolise l’épée flamboyante de la Libération.

Le général Eisenhower remet à André Tollet, président du CPL, le blason de l’État-major allié (SHAEF), 8 septembre 1944. Coll. MRN, fonds photographique de presse dit du Matin
Le général Eisenhower remet à André Tollet, président du CPL, le blason de l’État-major allié (SHAEF), 8 septembre 1944.
Coll. MRN, fonds photographique de presse dit du Matin

Voici le discours prononcé à Paris le 8 septembre 1944 par le général Eisenhower :

Mon Général, Monsieur le Président, Messieurs.
C’est à la population de Paris tout entière que je voudrais adresser mes paroles.
Il y a quinze jours, les troupes françaises et alliées entraient à Paris. Elles arrivaient pour donner le coup de grâce aux derniers éléments que l’ennemi avait laissés derrière lui.
Mais la libération de Paris était déjà presque complète, puisque huit jours auparavant, armés surtout de leur courage et de leur volonté, les hommes des Forces françaises de l’Intérieur, qui, pendant quatre ans, sous l’inspiration du général de Gaulle, n’avaient point cessé de mener la lutte contre l’ennemi, descendirent dans la rue pour chasser l’envahisseur détesté.
C’est donc à des Français surtout que revient la plus grande part de la gloire d’avoir libéré la capitale de leur Patrie. Je n’ai pas à vous dire combien tous les membres des forces alliées ont participé à la joie de voir Paris enfin rendu à son peuple et à la France.Dès les premières heures, la souillure de la présence de l’ennemi était dissipée par le souffle de la liberté retrouvée.
Tous les membres des forces alliées ont tenu à manifester à la population parisienne leurs sentiments de fraternelle admiration.
Je me fais donc un plaisir de remettre à la ville et au peuple de Paris l’écusson du Grand Quartier général des Forces alliées. Il symbolise l’épée flamboyante de la libération qui dissipant la nuit de la tyrannie allemande, s’élève sous l’arc-en-ciel des couleurs des nations unies, vers le ciel bleu de la liberté et de la paix. Que ce simple objet marque les plus grands jours de la libération de Paris.