La presse clandestine

La presse clandestine

La première action de la Résistance consiste à alerter et dénoncer les mensonges de la propagande des autorités allemandes et françaises ainsi que leurs actions. Il s’agit de convaincre les Français et de créer dans l’opinion un terrain favorable à la Résistance.

La confection d’un journal représente une longue chaîne strictement cloisonnée, mobilisant des dizaines de résistants de métier ou de compétences différents et ignorant tout de l’activité des uns et des autres : écriture des articles, saisie des textes, approvisionnement en papier, encre, reprographie, transport, stockage et répartition, diffusion.

La publication et la distribution de la moindre feuille clandestine se heurtent à de grandes difficultés matérielles et à une répression opiniâtre. Néanmoins, durant les quatre années de l’Occupation, les impressions clandestines sont nombreuses. La plupart des mouvements de résistance naissent autour d’un journal. D’autres feuilles voient le jour, destinées à l’ensemble de la population, à une catégorie sociale ou professionnelle (femmes, jeunes, étrangers, enseignants, artistes, médecins, bouchers, etc.), diffusées largement ou très localement.

La presse clandestine du MRN disponible sur Gallica

Le Musée de la Résistance nationale conserve une très importante collection de presse clandestine, imprimée et diffusée à plusieurs centaines voire milliers d’exemplaires mais aussi ronéotypée, dactylographiée ou manuscrite dont il n’existe et ne subsiste qu’un seul exemplaire.

Cette collection est révélatrice de toute la diversité de la Résistance et des moyens qu’elle a pu mettre en œuvre, de l’histoire de ces titres au fil des ans et des coups durs de la répression, des créations dans les prisons et les maquis, etc.

Depuis 2013, dans le cadre du programme de numérisation concertée “presse clandestine de la Résistance” initié par la Bibliothèque nationale de France (BnF), il a été procédé, avec le concours de la Fondation de la Résistance, à la numérisation d’un corpus de 256 titres parmi les quelques 800 titres conservés au MRN à Champigny-sur-Marne. Ces titres sont consultables sur la bibliothèque numérique de la BnF, Gallica.