CNRD 2017-2018 : des figures de l’engagement

CNRD 2017-2018 : des figures de l’engagement

Les inconnus de la Résistance

En 1984, pour le quarantième anniversaire de la Libération, le journal L’Humanité lance une grande série nommée « Les inconnus de la Résistance ». Le projet est ambitieux et original puisqu’il s’agit de recueillir les témoignages de celles et ceux qui, sans devenir des héros de la Résistance, ont pendant l’Occupation refusé par des actes de toutes formes, petits ou grands, la domination nazie et le régime de Vichy. En résulte un fonds de plus de 400 témoignages conservés au Musée de la Résistance nationale de Champigny-sur-Marne (fonds « Les inconnus de la Résistance »), dont 350 environ ont été publiés d’abord dans les pages du journal puis dans un ouvrage.

Ces récits d’anonymes regorgent d’informations sur l’engagement, dont les raisons apparaissent plus qu’ailleurs comme multiples. Si beaucoup d’entre elles restent fondées sur un engagement à caractère politique et idéologique (appartenance au Parti communiste, refus de la propagande vichyste et de l’occupation nazie), d’autres sont directement en rapport avec la profession exercée par celui qui entre en résistance et dont le savoir-faire peut servir directement l’action d’un réseau. Beaucoup de ces actes de résistance apparaissent souvent comme consécutifs à la confrontation de leurs auteurs à un événement particulièrement révoltant qui appelle une réaction, une solidarité immédiate.

Les inconnus de la Résistance
Les Inconnus de la Résistance,
L’Humanité / Editions Messidor, 1985, 191 pages
Témoignage de Denise Coupé
Témoignage de Luc Jaume
Témoignage de Jean Bastard
Témoignage d’Albert Becq
Témoignage d’André Léonet
Témoignages de Jean-Marie Castel et Robert Mondargent
Témoignage de Pierre Saitel
Témoignage de Louis Bordes
Témoignage d’Antonin Cubizolles
Les commentaires sont clos.